Epilation longue durée à la lumière pulsée

Par principe, nous ne parlons plus « d’épilation définitive » mais « d’épilation longue durée », même si celle-ci tend vers l’aspect définitif…
La technologie de la lumière pulsée s’impose aujourd’hui comme une méthode d’épilation incontournable grâce à ses nombreux atouts :

  • son efficacité à long terme
  • l’absence de douleur
  • la rareté d’effet secondaire
  • son adaptation à tout type de peau (phototype I à VI)
Epilation à la lumière pulsée à Paris 16 | Dr Chouquet

Comment agit la lumière pulsée ?

Une lumière intense est appliquée à la surface de la peau et génère une onde de chaleur qui se propage, grâce à la mélanine contenue dans le poil, jusqu’au follicule pileux, pour endommager irrémédiablement sa racine. Le bulbe, sous l’effet de la chaleur, va disparaître et permettre la chute du poil (2 à 3 semaines après la séance). Grâce à l’action de la lumière pulsée, le processus de renouvellement du poil est fortement affecté puisque le pore et la glande sébacée se rétractent après la chute du poil, permettant ainsi de retarder considérablement sa repousse (environ 2 ans).

Combien de séances sont nécessaires ?

Le nombre de séances nécessaires à un résultat optimal dépend de la zone à traiter, de la couleur de peau (claire / mate) et du type de poil (blond / foncé, fin / épais).

Pronostic selon ces critères du nombre de séances selon ces critères :

  • Le « patient idéal » en terme de rapidité de résultats est un patient à peau claire et à poils foncés et épais !
  • Inversement il sera plus difficile de traiter une zone de poils fins sur un patient à peau mate.
  • Les poils blancs ne se traitent pas à la lumière pulsée ni au laser car ils ne possèdent pas de mélanine donc laser et lumière sont inefficaces. Seule l’épilation électrique dans ce cas peut être proposée.

Il faut compter 4 à 8 séances en moyenne. Ces séances doivent être espacées de 4 à 8 semaines en moyenne pour permettre la pousse des poils qui n’ont pas été atteints lors des séances précédentes. Il est nécessaire d’espacer un peu plus les séances après les premiers traitements car les poils repoussent moins vite et la densité est plus faible. La zone à traiter doit être rasée 2 à 4 jours avant la séance. Le poil doit mesurer 1 à 2 millimètres maximum pour permettre de conduire la chaleur de façon optimale jusqu’au bulbe.

Immédiatement après la séance, la plupart des poils seront encore visibles, même si certains d’entre eux auront légèrement brûlé sous l’effet de la chaleur. Les poils ne doivent pas être épilés à la cire ou à la pince après la séance car cela élargirait le pore et relancerait le processus de génération du poil. Éventuellement, le patient peut les raser à nouveau dans les semaines qui suivent, s’il le souhaite, sans que cela ne nuise au résultat attendu. De toute façon, le patient devra renouveler le rasage de la zone quelques jours avant la séance suivante.

De plus, les personnes qui disposent d’un budget trop limité pour réaliser le traitement dans son intégralité, selon la fréquence recommandée, peuvent tout à fait espacer les séances et entretenir la zone au rasoir entre chacune d’entre elles si besoin.

Enfin, dans certains cas une séance minime annuelle peut être réalisée pour traiter les poils les plus récalcitrants.

Quelle est la sensation ressentie ?

L’épilation à la lumière pulsée présente également l’avantage d’être moins douloureuse que l’épilation au laser. La chaleur (comprise entre 74° et 99°) est émise pendant une durée très brève (environ 35 ms) et la sensation perçue reste très supportable (comparable à un bref pincement). Elle est atténuée par l’utilisation d’un gel frais appliqué sur la peau au début de la séance et par un système de refroidissement diffusé par la pièce à main appelé «cooling ». Il n’est donc pas nécessaire d’appliquer une crème anesthésiante au préalable, et celle-ci est même contre-indiquée au risque de masquer une surchauffe de la peau.

Les indications classiques

Toutes les zones corporelles peuvent être traitées dans l’absolu.

Certaines régions peuvent tout de même s’avérer plus aléatoires en terme de résultat, sans doute pour des raisons hormonodépendantes, comme les aréoles des seins chez la femme, et les épaules chez l’homme. Il en est de même au niveau du visage, siège du plus grand nombre de follicules pileux par cm2 du corps, et où les poils peuvent être drus, blanc, ou sous forme de duvet, et où la composante hormonale est certaine.

Les zones habituellement demandées sont les suivantes : aisselles, aines, maillot, demi-jambes, avant-bras, visage.

A noter, certains patients ont recours à l’épilation longue durée non pas pour un confort esthétique mais parce qu’ils sont sujets aux poils incarnés récidivants, ce qui est très pénible pour eux. Par définition, en éliminant les follicules pileux, leur problème disparaîtra!

Quels sont les effets secondaires ?

L’épilation à la lumière pulsée ne provoque pas d’effet secondaire indésirable dans l’immense majorité des cas.
Certains patients pourront être sujets à de légères rougeurs sur les zones traitées, mais celles-ci disparaîtront dans les minutes qui suivent la séance. D’autre part, l’application d’une crème hydratante et réparatrice sur les zones traitées à la fin de la séance, permet d’apaiser la peau et accélère la disparition de ces éventuelles rougeurs.
De très rares cas d’hyperpigmentaions ou de brûlures superficielles peuvent arriver, le plus souvent sur des peaux mates ou bronzées.

L’avis du docteur MB chouquet

J’attire votre attention sur « l’absence d’effet secondaire généralement » Ceci se vérifie particulièrement si c’est un médecin qui prend en charge le traitement dans sa globalité.
L’expertise médicale doit être présente sur l’ensemble du traitement, notamment pour :

  • éliminer les contre-indications du patient
  • cibler les bonnes zones à traiter et exclure les mauvaises,
  • effectuer le bon paramétrage de la lumière pulsée en fonction du phototype du patient (peau claire ou mate), du type de poils (clair / foncé et épais /fin) et de la zone à traiter, afin d’obtenir des résultats optimaux mais sans surdosage au risque de brûlures…
  • être vigilant tout au long de la séance pour détecter une anomalie réactionnelle
  • être capable de gérer une complication au traitement, certes rare mais possible (type brûlure ou hyperpigmentation)

Or beaucoup d’instituts de beauté utilisent des lumières pulsées (qui bien souvent d’ailleurs non pas le « marquage CE Médical ») et les séances sont réalisées par des esthéticiennes sans aucun contrôle médical, ce qui est absolument interdit en France. De même dans de nombreux « centres laser » et cabinets médicaux, ce n’est pas le médecin qui effectue les séances d’épilation. Sachez que dans mon cabinet, j’accompagne mes patients du début à la fin du traitement et je réalise personnellement les séances.

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles
5 votes
Moyennes : 5,00 sur 5
Loading...